Cher invité, l'inscription à notre forum est facile et gratuite, elle est nécessaire pour mieux profiter de ces contenus. veuillez vous inscrire ou connectez vous si vous avez déjà créé un compte. Bonne navigation!

Témoignages d’effets indésirables violents du vaccin H1N1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Témoignages d’effets indésirables violents du vaccin H1N1

Message par wassila le Dim Jan 03, 2010 1:26 am

C’est bien connu : les effets indésirables des vaccins contre la grippe A/H1N1 sont dérisoires, une petite démangeaison locale, quand il y en a. D’ailleurs le gouvernement en est tellement persuadé qu’il vous fera signer une décharge avant la piqûre. Tellement persuadé, que les laboratoires bénéficient d’une immunité juridique. Avez-vous entendu parler d’effets indésirables violents suite aux vaccinations, au sacro-saint journal de 20h ? Moi pas. Et ne pas aborder le sujet, c’est laisser entendre qu’il n’y a pas matière à disserter.
Pourtant, la réalité du terrain est bien différente. Si la plupart des vaccinations se passent, pour l’instant, correctement, les couacs commencent à se multiplier et certains d’entre eux sont peu rassurants. Pour l’instant, car le squalène, utilisé dans la guerre du golfe, qui a provoqué une hécatombe dans les rangs américains plusieurs années après avoir été administré, pourrait refaire parler de lui (0) . Mais, même en se focalisant sur l’instant, la vérité commence à prendre forme.

Car, outre le doute sur le vaccin lui-même, vient s’ajouter la véritable débandade dans l’organisation de la campagne. En regard des personnels de santé non formés et réquisitionnés manu-militari, ce sont les conditions de vaccination qui commencent à être mises en causes, des « étudiants qui vaccinent sans autorisation », parfois sans médecin qui supervise, et à la chaîne – jusqu’à 600 vaccinations par jour et par étudiant : « De plus en plus de cas d’accidents, de patients qui reçoivent des surdoses, remontent à mes oreilles. Car ce ne sont pas les mêmes étudiants qui préparent le vaccin (mélange d’une base et d’un adjuvant) et ceux qui l’administrent. Or le vaccin n’est pas le même pour tous ! », rappelle Thierry Amouroux, secrétaire du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). (1)

Un vaccin douteux, des novices réquisitionnés, acculés dans les centres à coup de chantage administratif, qui manient la seringue à la manière des « temps modernes » de Charlie Chaplin, que peut-il sortir de bon de cette foire du trône médicale ? Qu’on en juge :

« je me suis faite vaccinée par pandemrix le 1er décembre, dans les deux jours qui ont suivis, rien si ce n’est la douleur dans le bras, le 3e jour reveil 3/4 h après m’être endormie par des tremblements et l’insensibilité de mes pieds jusqu’aux genoux. En totale panique j’ai appelé le 15 qui m’a dit d’attendre et de rappeler si cela persistait, dans la foulée j’ai eu la diarrhée et depuis ça va de mal en pis, je ne dors plus j’ai une douleur dans la poitrine. J’ai consulté et attend mes résultats sanguins ce soir, je pense que suivant cela je me rendrais aux urgences car je ne me sens vraiment pas bien. » (2)

« Je suis médecin hospitalier, à ce titre j’ai fait parti de la 1ère vague de vaccinations. Et bingo, 3 jours aprés l’injection, je me suis trouvé être l’un des 4 premiers patients à avoir un effet indésirable grave. "homme de 34 ans, avec paresthésies..." d’aprés l’Afssaps. Je vous épargnerai les détails, mais bilan des courses : 1ère poussée de sclérose en plaque, et déjà un mois d’arrêt de travail. » (3)

« Samedi 21 novembre , j’ai commencé à sentir des sensations anormales dans ma main gauche : picotement, engourdissement, froid. Ensuite se fut le tour de tout mon bras gauche puis le droit, ce qui m’a conduit lundi 23 novembre, à me rendre chez mon médecin traitant avec 2 bras complétement engourdis et des fasciculations sur tout le corps (myokimies m’a précisé le médecin). Mon médecin traitant m’a dirigée, en suspectant un syndrome de Guillain Barré sur le service de médecine interne de l’hôpital le plus proche pour rencontrer le médecin chef de service. Lorsque je me suis présentée dans le service, celui-ci a pris moins de 2 minutes dans les couloirs pour me dire de revenir vendredi 27.... » (4)

« je suis très inquiète, ma soeur s’est faite vacciné dimanche dernier avec pandemrix, une heure après elle a ressenti comme un enorme mal de tete et dès le lendemain des fourmillements sont apparus dans les bras et les cuisses, les pieds, le visage... 3 jours apres ayant toujours des fourmillements, le centre de vaccination lui conseille de se rendre aux urgences lui informant que son état n’etait pas normal. Aujourd’hui vendredi nous en sommes là : toujours des fourmillements et quelques maux de tête ..... mais surtout une inflammation au cerveau (lésion) datant de moins de 2 mois, nbre de ???? élevé à 4 après ponction lombaire donc il y a une inflammation et on doit lui faire un irm de la moelle epinière au cours du week end..... Le médecin ne nie pas le lien avec le vaccin, une déclaration va être faite mais aucun résultat ne peut le prouver. Elle a 32 ans et n’avait jamais eu ce type de symptome precedement. » (5)

« Bonsoir, alors voilà vaccin fait pour moi et mon fils hier soir à 17h44 lol pour être précise avec le vaccin Celtura, hier aucun problème, aucune douleur ni pour mon fils, ni pour moi. Ce matin 5h30 mon fils se réveille m’appelle je vais le voir il venait de vomir dans son lit et me disait avoir très mal, je le touche il était plus que brûlant ! Je lui change son lit, lui apporte une poche de glace enroulée dans un linge, je lui donne du frais à boire, j’essaye de lui faire prendre de l’algifor en sirop mais il a refusé, impossible de lui faire avaler, je prends sa température 39,9 c° alors qu’il allait parfaitement bien en allant se coucher. Bref nuit catastrophique, il dort à moitié tous en gémissant par moment et en parlant mais genre hallucination il me disait qu’on était chez le médecin alors qu’on était à la maison, bref il n’allait vraiment pas bien, j’ai été cherché mon duvet, mon oreiller et je suis restée près de lui toute la nuit à dormir parterre au pied de son lit (enfin dormir quelques minutes, se réveiller, et ainsi de suite.) Ce matin 8h40 il se réveille vraiment, mais il n’arrive pas se lever comme les jambes en coton, à peine il voulait se lever il retombait, j’ai appellé la hotline d’urgence pédiatrique (urgence je sais qu’ils sont débordés mais quand même, plus d’1h pour pouvoir les atteindres...) car toujours 39c° de fièvre et justement il restait couché en plutôt plié en deux en me disant qu’il arrivait pas se lever et qu’il avait sommeil. » (6)

« Durant la nuit de lundi à mardi, j’ai eu beaucoup de fièvre. Je me suis réveillée avec mon bras gonflé. Je ne pouvais plus le bouger ». Résultat, une semaine d’arrêt pour la jeune fille et des regrets : « Si j’avais su, je ne me serais jamais fait vacciner. Les patients ne sont pas prévenus que de tels effets peuvent arriver ». Avertie par plusieurs de ses patients, la doctoresse de l’étudiante décide de ne plus les envoyer se faire vacciner. (7)


« J’ ai été vacciné y a 15 jours et j’ ai eu très mal au bas du dos pendant 8 jours ( sacrum déplacé car parti plus faible de mon corps ).Ma femme est vacciné depuis hier et se retrouve au lit avec le dos deglingué » (Cool
Ces témoignages français peuvent être multipliés à volonté, il suffit de parcourir les très nombreux forums qui en parlent, et on peut faire la même chose pour tous les pays. Aux Etats-Unis, par exemple, c’est le triste témoignage de la CheerLeader (9), qui a perdu l’essentiel de ses capacités motrices après la vaccination, qui défraye la chronique. En Hollande, un vaccin a été retiré après la mort de 3 bébés (10)
En lisant les témoignages, on s’aperçoit qu’il n’existe aucune procédure de déclaration d’effets secondaires. Comment donc l’Afssaps peut-elle prétendre établir des statistiques, si seule une fraction de cas flagrants lui parvient ? Les patients sont livrés à eux-mêmes, et l’administration médicale traîne la savate à reconnaître un lien entre les effets indésirables et la vaccination récente. Comme les effets secondaires neurologiques (11), cette femme enceinte qui a perdu son bébé (12), ou cet enfant de 9 ans, décédé 4 jours après s’être fait vacciné (13). On comprend mieux le doute qu’avait évoqué le Dr Girard sur la validité de la pharmaco-vigilance.
Compte tenu de cette inertie administrative à reconnaître et répertorier les effets indésirables, les multiples signalements de décès à travers le monde, 55 reconnus officiellement à ce jour (14), ainsi que les effets indésirables graves, sont probablement très en dessous de la réalité. Quand on voit que le CDC admet qu’il y a deux fois plus d’effets indésirables que pour la grippe saisonnière, et que le taux d’effets pour le H1N1 est de 82 pour un million (15), ça laisse sans voix. En effet, l’Afssaps, qui ne bénéficie d’aucune ressource de suivi de terrain, parle déjà de 0,5 effet indésirable sur mille (16), cad 500 pour un million.

En clair, les Etats-Unis ont … 6 fois moins d’effets indésirables que la France. De deux choses l’une, soit la France a acquis de la daube auprès des laboratoires, soit les autorités médicales américaines sont encore plus complaisantes que les nôtres en matière de rapport statistique. A qualité égale de vaccin, et à honnêteté statistique égale, c’est 6 fois plus d’effets indésirables américains qui auraient dû figurer dans la presse internationale, ce qui aurait (ramené au chiffre de la population américaine) dissuadé la plupart des gens d’aller se faire vacciner. Tout cela pour un taux de mortalité qui aura eu le record du grotesque dans l’histoire de la médecine : 0,03 pour mille, 30x moins que la grippe saisonnière
..

wassila
Modérateur
Modérateur

Messages : 91
Points : 235
Date d'inscription : 03/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum